lundi 25 septembre 2017

Connexion
repas kermesse 20 juillet 2014
 

Le 20 juin 1880, la commune d'Arre (près le Vigan) était en féte et procédait à l'inauguration et à la bénédiction du monument élevé sur l'emplacement de la source d'Arre, par les soins généreux de M. Léon Anterrieu, de Montpellier. Des flancs escarpés des monts de la Tessonne, qui dominent le village, jaillit à gros bouillons une eau vive et limpide qui s'est creusé un lit profond dans le granit tapissé de lierre et de mousse, et va se perdre, en bondissant de rochers en rochers, dans la rivière de l'Arre. Il y a environ vingt ans, M. Louis Brun père, par une canalisation ingénieuse, avait dérivé une partie des eaux de cette source pour l'arrosage, les besoins et l'alimentation de la commune, dont il était alors le maire. Combien de grandes cités, si elles étaient voisines, achèteraient au poids de l'or Ie surplus des eaux si précieuses et si salutaires ! 

 
en savoir plus...

Le 20 juin 1880, la commune d'Arre (près le Vigan) était en féte et procédait à l'inauguration et à la bénédiction du monument élevé sur l'emplacement de la source d'Arre, par les soins généreux de M. Léon Anterrieu, de Montpellier. Des flancs escarpés des monts de la Tessonne, qui dominent le village, jaillit à gros bouillons une eau vive et limpide qui s'est creusé un lit profond dans le granit tapissé de lierre et de mousse, et va se perdre, en bondissant de rochers en rochers, dans la rivière de l'Arre. Il y a environ vingt ans, M. Louis Brun père, par une canalisation ingénieuse, avait dérivé une partie des eaux de cette source pour l'arrosage, les besoins et l'alimentation de la commune, dont il était alors le maire. Combien de grandes cités, si elles étaient voisines, achèteraient au poids de l'or Ie surplus des eaux si précieuses et si salutaires ! 

 
en savoir plus...

Histoire des Usines Brun d'Arre

Les Ets Brun d'Arre "LE BAS LYS"

C'est dans le milieu du XIX siècle que la famille BRUN D'ARRE a commencé à s'investir dans les affaires
Et à prospérer dans le petit village d'ARRE, passage ancestral entre la plaine et la montagne.
Depuis Pierre (1737-1780), fabriquant de bas et agent des écoles d'Arre, jusqu'à Gérard (1925-2005)
Sept générations se sont succédés, chacune apportant sa contribution, pendant plus de 200 ans, au développement :

De la région : Antoine maire et conseillé général du canton d'Alzon de 1891 à 1902, après le décès de ses deux aînés, Leontine et Louis décédé de la tuberculose, a fait ériger un sanatorium à PEYRAUBE, inauguré en 1899.
"Pendant deux ans, écrit-il, j'ai voyagé à mes frais pour obtenir agrément et subvention. J'ai ouvert largement mon porte monnaie pour la construction de la route, l'achat et le capitale de la source..."

De la commune : Louis et Antoine, maires ont amené aux 3 sources l'eau de la FONTASSE en 1845.
Ils ont engagé la construction de la mairie, des écoles en 1882, de l'église en remplacement d'une chapelle
qui menaçait de tomber en ruine en 1881, d'un nouveau cimetière en 1885, d'un
orphelinat (l'annexe Sainte-Anne) en 1902.

De l'industrie : D'une petite entreprise artisanale, ils ont créé une affaire aux dimensions Internationale qui est devenue la plus importante du sud de la France. Elle occupait jusqu'à 1 200 personnes et fabriquait les bas de marque "LYS", premiere marque unanimement reconnue et recherchée.
Ils étaient à l'affût de toutes les inventions prodigieuses de l'époque : Machine à vapeur, électricité, perfectionnement du matériel, sachant former et intéresser le personnel à toutes ces nouveautés.
Ils ont participé à toutes les expositions internationales en France et à l'étranger, avec chaque fois les plus hautes récompenses.

Du social : En plus de la qualité des produits, ils voulaient assurer le bien être de la population locale en développant et en créant à ARRE et au VIGAN
- 100 appartements à loyer gratuit
- 300 jardins pour les ouvriers
- une cantine servant les repas de midi, une bibliothèque
- un foyer de femmes-filles à BEZ et au VIGAN
- un stade de football au VIGAN avec soutien financier
- un terrain de jeu de boules à ARRE
- trois sociétés "MUSICALES", au VIGAN, à BEZ et ARRE

Dans "Un coin des Cévennes"
lieu connu au VIGAN, C.CHANTE (pharmacien) écrit en 1885 :
"Cette importante manufacture, la plus ancienne de la région, remonte à 1740.
Depuis, une même famille la dirige et n'a cessé, en se succédant de père en fils
de poursuivre avec opiniâtreté, un double but de prospérité industrielle et régionale".

M. Béranger BRUN D'ARRE. Août 2008.

Les Ets Brun d'Arre "LE BAS LYS"

C'est dans le milieu du XIX siècle que la famille BRUN D'ARRE a commencé à s'investir dans les affaires
Et à prospérer dans le petit village d'ARRE, passage ancestral entre la plaine et la montagne.
Depuis Pierre (1737-1780), fabriquant de bas et agent des écoles d'Arre, jusqu'à Gérard (1925-2005)
Sept générations se sont succédés, chacune apportant sa contribution, pendant plus de 200 ans, au développement :

De la région : Antoine maire et conseillé général du canton d'Alzon de 1891 à 1902, après le décès de ses deux aînés, Leontine et Louis décédé de la tuberculose, a fait ériger un sanatorium à PEYRAUBE, inauguré en 1899.
"Pendant deux ans, écrit-il, j'ai voyagé à mes frais pour obtenir agrément et subvention. J'ai ouvert largement mon porte monnaie pour la construction de la route, l'achat et le capitale de la source..."

De la commune : Louis et Antoine, maires ont amené aux 3 sources l'eau de la FONTASSE en 1845.
Ils ont engagé la construction de la mairie, des écoles en 1882, de l'église en remplacement d'une chapelle
qui menaçait de tomber en ruine en 1881, d'un nouveau cimetière en 1885, d'un
orphelinat (l'annexe Sainte-Anne) en 1902.

De l'industrie : D'une petite entreprise artisanale, ils ont créé une affaire aux dimensions Internationale qui est devenue la plus importante du sud de la France. Elle occupait jusqu'à 1 200 personnes et fabriquait les bas de marque "LYS", premiere marque unanimement reconnue et recherchée.
Ils étaient à l'affût de toutes les inventions prodigieuses de l'époque : Machine à vapeur, électricité, perfectionnement du matériel, sachant former et intéresser le personnel à toutes ces nouveautés.
Ils ont participé à toutes les expositions internationales en France et à l'étranger, avec chaque fois les plus hautes récompenses.

Du social : En plus de la qualité des produits, ils voulaient assurer le bien être de la population locale en développant et en créant à ARRE et au VIGAN
- 100 appartements à loyer gratuit
- 300 jardins pour les ouvriers
- une cantine servant les repas de midi, une bibliothèque
- un foyer de femmes-filles à BEZ et au VIGAN
- un stade de football au VIGAN avec soutien financier
- un terrain de jeu de boules à ARRE
- trois sociétés "MUSICALES", au VIGAN, à BEZ et ARRE

Dans "Un coin des Cévennes"
lieu connu au VIGAN, C.CHANTE (pharmacien) écrit en 1885 :
"Cette importante manufacture, la plus ancienne de la région, remonte à 1740.
Depuis, une même famille la dirige et n'a cessé, en se succédant de père en fils
de poursuivre avec opiniâtreté, un double but de prospérité industrielle et régionale".

M. Béranger BRUN D'ARRE. Août 2008.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Conditions d'utilisation  Confidentialité  

 Copyright (c) 2017 Mairie d'Arre